Zone C

La connexité

C1

L’AMOUR MATERNEL

Sculpture par Tracy Chatsama, Chitungwiza Arts Centre, Zimbabwe

Une de caractéristiques attribuées aux mammifères est l’avènement de l’amour paren-tal, surtout l’amour maternel qui atteint son apogée dans les êtres humains qui doivent prendre soin de l’enfant humain extrêmement vulnérable. Il est intéressant de noter que, plus la durée de vie d’une espèce est courte, plus nombreuse est sa progéniture et que l’amour maternel y est moins important ou redondant. Règle générale aussi, les espèces au bas de la chaîne alimentaire ont une progéniture plus nombreuse. Autre fait intéressant à souligner : plus la durée de vie des humains s’allonge, le nombre moyen d’enfants dans une famille diminue de façon significative.

Existe-t-il un lien entre le montant de la progéniture d’une espèce et la viabilité envi-ronnementale?

C2

L’INTERDÉPENDANCE

A sculpture by Wonder Welders, Dar es Salaam, Tanzania

La sculpture d’un cheval souligne la contribution des animaux dans l’ascension de l’humain au sommet de la chaîne alimentaire. Les animaux ont servi à labourer les champs, à transporter les biens, à produire de la nourriture, au transport et à la protec-tion, à la guerre et pour accompagner.

Quels sont les droits des animaux et comment devraient-ils être traités par les hu-mains?

C3

L’ÉVOLUTION ET LE COU DE LA GIRAFE

Sculpture par Wonder Welders, Dar es-Salaam, Tanzanie

Selon la théorie d’évolution de Darwin, les longs cous des girafes leur permettent d’atteindre la nourriture dans les arbres au-delà de l’atteinte des autres animaux. Mais, selon une nouvelle théorie, une autre possibilité existe : leur cou prodigieux serait lié uniquement au sexe. Il existe plusieurs sujets, dont cet aspect de l’évolution physique, qui demeurent obscurs. Tant la science que la religion, par des moyens différents, vi-sent à découvrir graduellement la réalité. Avec le temps, théories et théologies peuvent être supplantées, en fonction de nouveaux éclairages.

Pourquoi est-ce que les girafes ont de longs cous : pour rejoindre les feuilles nutritives, surveiller les prédateurs ou se battre pour s’accoupler?

C4

LE SANGLIER

Sculpture par Thomas Makore, Tengenenge Art Community, Zimbabwe

Le sanglier de cette sculpture est un type de porc et quelques grandes religions inter-disent de manger la chair de porc pour des raisons pratiques ou symboliques. Ainsi, les hindous ne peuvent pas manger de boeuf, car il symbolise la bonté maternelle, la patience, le service et la sérénité alors que d’autres s’an abstiennent parce que l’animal produit de la nourriture et sert à labourer. En plus de la religion, l’art et la rai-son peuvent aussi inciter des gens à abandonner certains modèles et certaines pra-tiques jugées répugnantes, malsaines ou inutiles pour la société.

Quel genre de comportement est inacceptable dans une société? Pourquoi?

C5

LA LOI DE LA JUNGLE

Sculpture par Tutani Mugabazi, Mvurwi Arts Centre, Zimbabwe

Ces sculptures d’une gazelle et d’une lionne font appel au déroulement de la loi de la jungle : manger ou être mangé. Bien que cette mentalité compétitive peut encore pré-valoir au sein de certains milieux institutionnels, elle nous rappelle en même temps que l’humain est capable de meilleurs résultats au moyen de la coopération, de l’équité, de la justice et de la compassion.

Est-ce que l’humanité peut en arriver à avoir des lois et des systèmes de coopération qui élimineraient la violence et l’exploitation?

Abonnez-vous à Humanics Digest

Abonnez-vous à Humanics Digest

Join our mailing list to receive the latest news and updates.

Vous vous êtes enregistré avec succès!